Nous avons choisi pour le robot principal une base roulante holonome i.e omnidirectionnelle. Elle est capable d’effectuer une rotation sur elle-même et, simultanément, un déplacement selon une droite ou une courbe. Au contraire, un robot différentiel, avec une roue de chaque côté, voit son orientation imposée par le déplacement qu’il réalise, et ne peut se tourner qu’une fois à destination.

Base roulante holonome

Base roulante holonome

 

Une conception sur 3 roues motrices orientables permet de maximiser l’accélération et limiter la distance de freinage. Nous comptons ainsi gagner de précieuses secondes lors des mouvements sans risquer de contact avec l’adversaire.

 

 

Vue du robot de la Coupe 2017

 

 

Le robot 2017 sous tous ses angles

Le robot de la Coupe 2017


 

Le second robot, limité par le périmètre réglementaire, restera sur une conception différentielle classique. Pour faciliter la conception des robots et ne pas limiter notre marge de progression, les deux plateformes utiliseront des moteurs sans balais, des servomoteurs communicants, des Raspberry Pi 3 et des télémètres lasers.

Ces technologies, bien que plus onéreuses, correspondent plus à la gamme de performances et à l’objectif que nous visons : les phases finales de la Coupe de France, soit d’être dans les 16 premières équipes du pays, d’ici 2 à 3 ans maximum.

 

dsc_0660

Deux télémètres laser en phase de prototypage